Le réflexe du créateur : demander à son banquier s’il va pouvoir lui financer son projet.

  • Post category:Blog
  • Temps de lecture :4 min de lecture

La principale préoccupation du créateur et du repreneur : le financement de son projet.

 

Et si vous preniez le problème dans l’autre sens? Comment votre banquier peut-il vous répondre si vous n’avez pas d’éléments concrets à lui présenter?

C’est un peu comme si vous lui demandiez de croire sur parole que le billet de loto que vous avez payé ce matin est gagnant, sans même attendre le tirage !

 

Prenons la démarche dans le bon sens et avec bon sens : partez de votre idée et posez vos compétences pour réaliser ce projet.

Un exemple classique : j’aime cuisiner et tous mes amis me disent que je pourrai ouvrir un restaurant.

Compétences clé du restaurateur (ce qui ne signifie pas forcément que vous serez aux fourneaux) : est ce que je serai un bon chef d’orchestre et un bon gestionnaire? Si vos clients ne peuvent pas être tous servis faute d’organisation vous serez le bon candidat pour « Cauchemard en cuisine » et si vous ne gérer pas vos achats et vos marges vous serez le Cauchemard de votre banquier ! Ce n’est qu’un exemple bien entendu.

 

Alignez vos compétences à votre projet, mettez-vous en adéquation : suivez une formation pour professionnaliser votre passion, une formation en gestion pour maîtriser votre rentabilité, sans oublier les formations réglementaires.

 

Vous rassurerez votre banquier et vous serez également bien plus confiant dans votre démarrage si vous vous donnez toutes les clés pour réussir.

 

L’accompagnement à la création a également pour fonction de vous permettre de vous préparez dans toutes vos fonctions du dirigeant. Vendre, communiquer, négocier, produire, gérer, organiser… les casquettes ne manqueront pas !